coulis sauce tomate commendre le coulis moins liquide ou l'épaissir

Je me suis retrouvé moi aussi avec un bon coulis de tomates mais bien trop liquide. Alors comment faire ? Comment épaissir cette "sauce tomate" ?

Si on laisse réduire à petit feu dans la casserole, évidemment sans couvercle, quantités d'arômes disparaissent. C'est vraiment dommage ! Quant à ajouter des liants comme de la farine, des flocons d'avoine, je n'en parle même pas. Cela dénature complètement ce que doit être le coulis. Comme dit dans un forum une lectrice "Et pourquoi pas de la poudre de biscuit" pendant que vous y êtes !

Voici ce qui se dit :

"Pour améliorer la consistance d'une sauce tomate trop liquide, deux options s'offrent à vous : la première est de laisser mijoter la sauce afin que le liquide réduise. La deuxième, une solution express, consiste à ajouter 15 ml (1 c. à soupe) de flocons d'avoine directement dans la sauce. On laisse mijoter dix minutes, le temps que les flocons cuisent."

aïe aïe aïe !

"Ma sauce tomate est toujours liquide c'est normal puisque c'est du jus de tomate!
Au moment de la préparer il te suffit de faire fondre un morceau de beurre puis de la farine (1 ou 2 c. à soupe) et le tour est joué comme on le fait pour épaissir la béchamel ... Tu ajoutes ta sauce et tu fais bouillir!"

aïe aïe aïe !

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (1)

Alors, je pense avoir trouvé une bonne solution ! Présomptueux n'est-ce pas ? Mais le résultat est tellement magique qu'après avoir essayé, vous l'adopterez.

La question est comment retirer l'eau de la pulpe ? La réponse est simple : installer des mèches pour siphonner l'eau !

Un peu de français : un siphon (Le mot » siphon » prend un » i » et non un » y « . Il est pourtant courant de le voir écrit « siphon « . Son origine est latine, de sipho, mot lui-même issu du grec siphôn.)

Un peu de physique (si, si) est une canalisation remplie d'un liquide, disons de l'eau, placée de telle sorte que la colonne d'eau qui doit monter est plus courte que la colonne d'eau qui doit descendre. La colonne d'eau descendante est plus lourde que la colonne d'eau montante et de ce fait elle peut faire monter l'eau avant qu'elle ne redescende. C'est le principe du siphon, souvent utilisé pour tirer du vin ou l'essence. Mon idée est de faire un siphon...au ralenti.

Pratique :

je prends un carré de Sopalin

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 que je roule sur lui-même en diagonale :

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


je mouille la mèche ainsi réalisée :

 

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je place une courte partie de la mèche dans la casserole où se trouve le coulis

Je laisse pendre dans l'évier la partie la plus longue
La mèche goutte, goutte à goutte : le siphon est amorcé ! (après 15 minutes)

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (6)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si ce n'est pas le cas, c'est que la longueur de mèche dans la casserole est aussi longue que celle qui est au dehors (voir "un peu de physique, si, si"). Ne pas oublier de remettre le couvercle sur la casserole pour préserver les saveurs.

Passe la nuit et le lendemain matin toute l'eau (ou presque) a été retirée du coulis par ce siphon fonctionnant au ralenti !

La consistance de la pulpe restante est parfaite.

 

Plus épais le coulis moins liquide la sauce tomate (7)

 

Nota bene :

le Sopalin ne donne pas de goût au coulis dans la mesure où il tire l'eau vers l'extérieur de la casserole.

Avec trois mèches, le processus de dessiccation est trois fois plus rapide.
Une poche plastique (alimentaire) et hop à – 21° dans le congélateur. Et en plein hiver, vous savourez un coulis génial (qui a traversé le temps depuis l'été)

 

 

Au petit matin, un coup d'oeil sur le résultat :

coulis tomate finale

Paul Keirn (NATURES), en exclusivité pour Le Potager du Cabanon.